En quoi consiste l’entretien professionnel ?

Entretien pro
Entretien pro

L’entretien professionnel est une rencontre obligatoire entre un employé et son employeur. Généralement sous forme d’entretien individuel, il permet de fixer l’évolution du profil professionnel du salarié avec notamment un accent sur les formations qui peuvent y concourir.

À qui s’adresse un entretien professionnel ?

Il s’agit d’un processus d’évaluation qui concerne tous les salariés indépendamment de la nature de leur contrat. Il peut donc s’agir des employés temporaires, en CDD, en CDI, en contrat aidé…Sont aussi concernés les employés à plein temps ou à temps partiel, les salariés dont l’ancienneté est récente ou plus longue, faisant partie de toutes les tailles d’entreprises et de secteurs d’activités variables. De ce fait, les salariés en contrat de professionnalisation ou d’apprentissage qui bénéficient déjà d’un accompagnement à travers leur formation en alternance auront avec cet entretien un double suivi.

Les conditions d’un entretien professionnel

L’entretien professionnel à des objectifs qui se définissent en termes d’accompagnement du salarié dans son profil de carrière et d’identification de ses besoins de formation professionnelle. La loi laisse la latitude à l’employeur, en fonction des orientations stratégiques de l’entreprise, de définir le contenu de l’entretien à l’endroit du salarié. Toutefois, il doit avoir lieu pendant le temps imparti au travail et dans l’enceinte de l’entreprise. Cet entretien ne doit pas être assimilée à une évaluation du travail du salarié qui, elle est prévue dans un entretien annuel d’évaluation.

Comment préparer un entretien ?

Il faut tout d’abord prévoir sa périodicité, deux ans généralement, à compter de l’entrée dans l’entreprise ou de la date du précédent entretien. L’employeur peut cependant décider unilatéralement ou en vertu d’un accord collectif d’organiser des entretiens annuels. Systématiquement toute fois, un salarié doit subir un entretien professionnel après une interruption de son activité due à un congé de maternité, d’adoption, de soutien familial, parental à temps partiel ou à plein temps, sabbatique, ou après une période de mobilité volontaire, d’arrêt maladie au-delà de 6 mois ou du fait d’un mandat syndical.

Il faut ensuite prévoir un état des lieux tous les six ans pour vérifier que les entretiens professionnels prévus ont bien été menés durant les 6 années précédentes. Cela permettra également de vérifier que l’employé a au moins pu suivre une action de formation, de certification professionnelle par une validation des acquis de l’expérience (VAE) et bénéficié d’une évolution salariale ou professionnelle.

Pénalités de l’employeur pour non-respect de l’entretien professionnel obligatoire

Il est reconnu aux salariés, avec cet entretien professionnel, un Droit Individuel à la Formation (DIF) et le non-respect de cette exigence à partir des entreprises de 50 salariés entrainer quelques pénalités. Si ces derniers n’ont pas bénéficié d’au moins deux ou trois actions prévues pendant les 6 dernières années, leur Compte Personnel de Formation (CPF) sera crédité de 100 heures pour les travailleurs à temps plein et 130 heures pour ceux qui travaillent à temps partiel. Les salariés bénéficient donc d’une couverture professionnelle qui leur permet désormais d’affiner leur profil de carrière et de se projeter vers des objectifs individuels permettant d’améliorer leur statut professionnel.