Les clés de l’entretien professionnel

L’entretien professionnel est un entretien individuel entre un employeur et son salarié pour faire le point des besoins de ce dernier et d’entrevoir ses perspectives de progression professionnelle. C’est aussi l’occasion d’envisager un projet sur les besoins en formation. Il permet de prendre en compte les aspirations d’un collaborateur et d’étudier ses perspectives d’évolutions professionnelles. Les clés de l’entretien professionnel résident donc dans les bénéfices qu’il apporte tant à l’employeur qu’au salarié, le respect de la législation et la perspective qu’il ouvre pour l’avenir.

L’entretien professionnel : Une aubaine pour le salarié et l’employeur

Au même titre qu’un entretien d’embauche, l’entretien professionnel obligatoire doit être mené pour chaque salarié. Depuis le 7 mars 2014, les entreprises se doivent de se conformer à cette exigence.  C’est une occasion pour chaque salarié de voir ses aspirations revues et pour l’employeur d’améliorer sa performance et sa productivité. D’une part, le salarié se sent écouté, reconnu, il apprend davantage sur l’entreprise, il a l’occasion d’exprimer ses souhaits de parler de son projet professionnel et de clarifier son positionnement.

D’autre part, l’entreprise y trouve le moyen de faire le lien entre ses objectifs stratégiques et ses projets, avec les objectifs individuels du salarié, elle a un meilleur regard sur les actions individuelles et collectives. C’est en outre un moyen pour elle de se conformer à la législation, d’anticiper sur des situations à risque, optimiser le rapport emploi ressources, de promouvoir l’image de l’entreprise et l’amélioration de la vie au travail, tout en permettant une réflexion objective sur les ressources humaines.

Une législation de l’entretien professionnel qui ne laisse aucun doute

Le cadre légal de l’entretien professionnel l’ouvre à tous les salariés, sans distinction aucune (contrat d’apprentissage, aidé, de professionnalisation, CDD, CDI). Les anciens et nouveaux collaborateurs doivent être informés dès leur embauche de l’existence de cet entretien et de sa périodicité. Il ne s’agit pas d’un entretien annuel d’évaluation, mais bien d’un entretien professionnel qui se déroule tous les deux ans. Il doit également être proposé aux salariés de retour d’une période d’absence ou de congé, même si la loi ne précise pas sur quel timing l’entretien doit être fait après le retour. Si l’entretien professionnel remplace certains entretiens, il ne remplace pas cependant l’entretien d’évaluation qui ne disparaît pas.

Avant la période de 6 ans, l’entreprise doit s’assurer que le salarié a suivi au moins une formation, qu’il a acquise des éléments de certification du type DIF par la formation ou la validation des acquis de l’expérience. Dans le cas de non-respect de la soumission des salariés à un entretien professionnel, les entreprises de plus de 50 salariés s’exposent à des pénalités. Au bout de 6 ans notamment, si deux des trois critères d’employabilité ne sont pas respectés, elles seront contraintes de procéder à un abonnement correctif de 100 heures supplémentaires au CPF du salarié permanent et 130 heures s’il est à temps partiel pendant la période du l’entretien. Des pénalités financières sont également prévues, notamment avec un versement à l’OPCA d’un montant de 30 euros par salarié et par heure.